F.A.Q.

Le plasma-aphérèse destiné au fractionnement est recueilli auprès de donneurs.

Le plasma-aphérèse recueilli par Canadian Plasma Resources est la matière première qui sera transformée en thérapies vitales.

Le plasma-aphérèse recueilli par Canadian Plasma Resources N’EST PAS utilisé pour des transfusions.

Des dizaines de milliers de patients canadiens et des millions de personnes du monde entier comptent sur des thérapies élaborées à partir de plasma-aphérèse. Sont ainsi visés :

  • Les déficiences immunitaires.
  • Les maladies auto-immunes.
  • Les troubles respiratoires.
  • L’hémophilie.
  • Les maladies du foie.
  • Les saignements pendant les chirurgies.
  • Les cas de brûlures et de choc.

Certaines thérapies ne peuvent être dérivées que du plasma-aphérèse humain.

Le plasma donné par des donneurs en santé peut aider des gens ayant de graves problèmes médicaux.

Le Canada compte sur d’autres pays pour obtenir des produits de protéines plasmatiques. Ces produits proviennent de donneurs payés des États-Unis.

Étant donné que le Canada dépend de sources étrangères, s’il y avait une pénurie mondiale de plasma ou de thérapies de protéines plasmatiques, la santé et la qualité de vie de nombreux patients canadiens seraient compromises.

En devenant un donneur de plasma, vous pouvez contribuer à satisfaire les besoins du Canada en thérapies dérivées du plasma.

Canadian Plasma Resources n’accepte que les donneurs en santé qui satisfont aux conditions suivantes :

  • Sont âgés entre 17 et 68 ans.
  • Pèsent au moins 110 lb.
  • Ont une adresse permanente dans un rayon de moins de 100 kilomètres d’une installation de Canadian Plasma Resources.
  • Doivent présenter une photo d’identité en règle, une preuve d’adresse et leur carte d’assurance sociale.

L’admissibilité à faire un don est déterminée par un processus qui comprend un questionnaire, une entrevue, un examen médical et des tests qui seront menés deux fois dans une période de 16 semaines.

Prévoyez deux heures pour votre première visite. Votre prochaine visite ne devrait prendre qu’environ une heure.

Il y a quatre étapes dans le processus de don.

  • Pendant l’enregistrement, attendez-vous qu’on vous demande :
    • Une preuve d’identité en règle
    • De lire et de remplir des questionnaires
    • De subir des vérifications préliminaires de santé comme faire prendre votre tension artérielle
  • Pendant le dépistage, vous :
    • Subirez un examen médical
    • Rencontrerez du personnel médical qui passera en revue avec vous la documentation
    • Pourrez poser des questions auxquelles on répondra
    • Confirmerez que vous consentez à faire un don
  • Pendant le don, vous :
    • Serez relié à une machine de plasmaphérèse
    • Pourrez passer le temps à lire, à écouter la télé ou de la musique
    • Serez suivi par le personnel médical.
  • Après le don, vous pourrez :
    • Vous détendre dans la salle d’attente
    • Prendre des rafraîchissements

Oui!

Comme toute autre procédure, la plasmaphérèse comporte certains risques qui sont cependant faibles, et la procédure en soi comporte peu ou pas d’effets secondaires.

Le personnel médical formé qui travaille à notre installation est présent à chaque étape du processus de don. Avant votre don, quelqu’un vous expliquera les risques en cause ainsi que toute la procédure de don de plasma.

L’équipement utilisé est certifié et stérilisé, si bien que votre sang n’est jamais en contact avec un environnement non stérilisé.
Canadian Plasma Resources est autorisé par licence par Santé Canada, le même organisme qui règlemente la Société canadienne du sang. Santé Canada inspecte nos installations pour s’assurer que nous nous conformons à tous les règlements nationaux et internationaux.

Pendant la plasmaphérèse, le donneur est relié à une machine spécialisée. Son sang entre dans la machine où le plasma est séparé des autres composantes du sang qui sont ensuite retournées dans le corps du donneur.

Le sang est toujours dans un environnement stérile. Le volume de plasma retiré pendant la plasmaphérèse dépend du poids de la personne.

Des professionnels dûment formés pour ce processus suivent les donneurs à tout moment pour veiller à leurs soins et confort.

Avant le don, il importe de bien manger et d’être bien hydraté. Buvez des boissons qui ne contiennent ni caféine ni alcool.

Venez faire un don lorsque vous :

  • Vous sentez bien et reposé.
  • N’avez pas consommé d’alcool ni fumé pendant huit heures.
  • N’avez pris aucun médicament pour traiter une infection.
  • N’avez pas subi de traitement dentaire dans les deux derniers jours.
  • Le personnel médical surveillera votre état tout au long du processus de don.

Si vous ne vous sentez pas bien pendant le don, avertissez-en le personnel immédiatement pour qu’on puisse cesser le processus.

Canadian Plasma Resources est équipé de trousses de premiers soins et de médicaments d’urgence. Le personnel est aussi formé en techniques de RCR (réanimation cardiorespiratoire). Nous sommes aussi situés à proximité d’un hôpital si une autre intervention s’avérait nécessaire.

Si vous ne vous sentez pas bien après avoir fait un don, communiquez avec Canadian Plasma Resources ou votre médecin de famille. En cas d’urgence, composez le 9-1-1.

Le plasma se régénère dans le corps humain en deux jours.

Les gens ne peuvent pas donner de plasma plus d’une fois par semaine à Canadian Plasma Resources. Cette limite est aussi sujette aux limites cumulatives pour une période de six mois d’après le poids du donneur.

La limite pour les donneurs qui pèsent entre 50 kg et 67 kg est de 12,65 L; pour les donneurs pesant entre 68 kg et 79 kg, la limite est de 17,05 L; et pour les donneurs de 80 kg ou plus, la limite est de 20,35 L.

Visitez l’un de nos centres de don, appelez-nous, or fixez un rendez-vous en ligne.

Votre plasma sera soumis au dépistage pour le SIDA, l’hépatite A, l’hépatite B et l’hépatite C ainsi que pour la syphilis et le parvovirus B19.

Si votre test s’avère positif pour l’une de ces infections, vous en serez informé de manière confidentielle par un médecin ou un remplaçant de médecin. Il vous sera recommandé de faire le suivi avec votre médecin de famille.

Quiconque a un test de dépistage positif pour le SIDA, l’hépatite A, l’hépatite B ou l’hépatite C ne peut donner de plasma à Canadian Plasma Resources.

Aux termes de la règlementation canadienne, les autorités de la santé publique en seront aussi informées. Votre nom sera alors inscrit au Registre national des donneurs exclus (NDDR) pour empêcher les dons de donneurs dont les résultats étaient positifs pour ces infections.

Oui.

Au Canada, le don de plasma est règlementé en vertu des règlements sur les produits sanguins qui s’appliquent à la Société canadienne du sang, Héma-Québec et aux entreprises privées qui recueillent du plasma comme Canadian Plasma Resources.

Canadian Plasma Resources est autorisé par licence par Santé Canada pour recueillir du plasma pour en faire des produits dérivés du plasma.

S’assurer que les Canadiens et les Canadiennes ont accès à un approvisionnement sécuritaire en sang constitue la pierre angulaire de la réponse de Santé Canada à la Commission Krever. Les règlements présentement en vigueur adoptés le 23 octobre 2014 complètent la réponse du gouvernement à la Commission Krever. Le Canada demeure un chef de file dans la sécurité des produits sanguins, comme le reconnaît d’ailleurs l’Organisation mondiale de la Santé.

Oui.

Le Canada compte actuellement sur des donneurs de plasma qui sont rémunérés.

Afin de répondre à ses besoins en produits dérivés du plasma, le Canada doit compter sur des fabricants internationaux. Ceux-ci obtiennent leur plasma de donneurs rémunérés aux États-Unis. En fait, environ 80 % des protéines plasmatiques distribuées dans les hôpitaux canadiens proviennent de donneurs qui ont été payés. Santé Canada assure que les règlements sur les dons de plasma sont aussi sévères aux États-Unis qu’au Canada.

Au Canada, les donneurs peuvent être payés pour les dons de plasma, là où les règlements provinciaux le permettent.

Non.

La sécurité est assurée par les règlements établis dans les lois canadiennes.

Les règlements s’appliquent à tous les centres de collecte du plasma au Canada, que les donneurs y soient ou non rémunérés.

Les règlements canadiens sont désormais beaucoup plus sévères qu’autrefois pour ce qui est des donneurs admissibles et des tests qui sont exigés. Ce resserrement des règlements s’inscrit dans la foulée de la Commission Krever.

Il y a aussi eu des avancées scientifiques dans les essais et la fabrication des produits dérivés du plasma.

Ces avancées permettent la détection plus précoce de virus dans les dons afin que ceux-ci puissent être éliminés du système. Aussi les étapes d’inactivation des virus et de filtration pendant la fabrication des protéines plasmatiques garantissent la transformation de produits sécuritaires de grande qualité.

La Société canadienne de l’hémophilie et Santé Canada déclarent qu’aucun cas de SIDA, ni d’hépatite B, ni d’hépatite C n’a été transmis par les produits dérivés du plasma en plus de vingt ans.

Non.

Pour répondre aux besoins des patients canadiens en matière d’immunoglobulines qui constituent un seul des genres de thérapies plasmatiques, il faut plus de 1 500 000 litres de plasma.

Moins de 17 % de ces besoins pourront être recueillis au Canada par la Société canadienne du sang et par Héma-Québec.
83 % et plus seront importés des États-Unis.

En 2017, le Canada a fait l’importation de protéines plasmatiques pour une valeur de près d’un milliard de dollars, et on s’attend à ce que ce montant s’accroisse chaque année.

Comme le dit la Société canadienne du sang : « Pour garantir la fiabilité du système de sang, il faut entre autres veiller à la sécurité de l’approvisionnement . »